Affaire DSK : du droit et de la morale

Discours du philosophe à ses élèves.

« Aujourd’hui, personne ne sort son manuel ni son cahier. Aujourd’hui nous allons débattre, oralement. L’art oratoire est une chose complexe, que peu de gens maîtrisent. Les grands hommes politiques ou les avocats ont ce don. Mais surtout, pour bien débattre, il faut connaitre son sujet et, cette connaissance est encore plus importante quand il s’agit de trancher.

Le juge est compétent pour statuer sur les questions de droit, mais l’est-il en ce qui concerne les questions morales ? La loi n’est-elle pas intrinsèquement liées à ce qui est morale ? Est-ce morale de ne pas condamner l’immoral ? Est-ce immoral de condamner ce qui n’est pas illégal ?

Là où il y a une société, il y a du droit. Mais s’interroger sur la place de la morale est une étape essentielle. Le problème de la morale, c’est qu’elle n’a pas de juge, à part le bien-pensant. Et le bien-pensant est coupable.

Aujourd’hui, nous allons nous poser beaucoup de questions et nous donnerons encore plus de réponses. Mais aujourd’hui, nous ne trouverons aucune vérité. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s